GSP
 

Gruyère Space Program

Électronique et programmation

Nos systèmes électroniques (avionique) sont basés sur Arduino ou Teensy (des microcontrôleurs).

L'électronique de C1 et le système de fairings

Le module électronique de C1 est basé sur un Arduino Nano qui a comme but de contrôler l'ouverture de nos fairings et donc du parachute.

Grâce à son capteur barométrique, il est capable de savoir quand la fusée atteint son apogée. Une fois l'apogée atteinte, l'arduino commande un servomoteur qui fait descendre une goupille verrouillant les deux fairings (les deux moitiés entourant le parachute). Grâce à des ressorts dans chaque fairing, ceux-ci se séparent une fois la goupille descendue et permettent au parachute de se déployer.

Par ailleurs, le module est alimenté par une petite batterie 3.7V, a un accéléromètre pour détecter le début de la phase de vol, un buzzer pour que l'on puisse savoir le mode activé, un capteur magnétique pour pouvoir l'armer sans y toucher alors qu'il est dans la fusée et finalement un lecteur de carte sd pour enregistrer toutes les données de vol.

Ce module a confirmé parfaitement ses capacités lors du premier lancement de C1 avec une bonne ouverture des fairings, ainsi que des données de vol concluantes.

Nous pouvons alors développer le module de C2.

L'électronique de C2 et son système d'ouverture

Ce module sera plus axé sur la communication en direct avec le sol. Pour ce faire, nous allons passer sur une base Teensy pour le microcontrôleur. Il faudra aussi créer une antenne au sol pour recevoir les données du module. Malgré tout, ce module doit rester capable de faire tout ce que le module de C1 faisait.

Par ailleurs, pour l'ouverture des fairings, le système d'entraînement de la goupille va être revu et rendu plus fiable.

L'électronique spécifique au gimbal

Le système de gimbal a besoin d'avoir un module donnant des ordres aux deux servomoteurs de celui-ci. D'une part, grâce aux mesures du gyroscope, une fois filtrées, on peut avoir une erreur qui sera corrigée par l'angle donné au gimbal par un système de PID. D'autre part, l'accéléromètre va nous informer sur la vitesse horizontale du véhicule que l'on essaiera de corriger avec le gimbal.

Le gros problème d'un système avec gimbal réside alors dans la configuration du programme pour corriger avec la bonne intensité l'erreur d'angle de la fusée. C'est pourquoi nous avons développé une simulation capable de trouver ces facteurs de correction.

Pour le Jürghopper, l'objectif étant la simplicité, l'électronique a le strict minimum et est basée sur un arduino nano. Il n'y aura donc pas de système de fairing.

top arrow

Calendrier

Prochain lancement à définir

FAMA : 16-17 novembre 2019

logo facebook logo instagram logo youtube
 
Logo GSP